VERNON, SE RÉAPPROPRIER LA SEINE 
« Quels que soient les motifs qui en justifient l’élèvation, qu’il s’agisse de délimiter, de protéger ou d’isoler,le mur engendre la séparation. Une fois cet axiome posé, le défit à relever consiste à changer ce qui sépare pour en faire quelque chose qui relie »

Dominique Perrault
 

VERNON SE RÉAPPROPRIER LA SEINE

Essentiellement cerné par les coteaux de la vallée de la Seine, l’horizon boisé est un élément majeur qui donne à la ville de Vernon une identité forte. L’absence de propositions globales d’urbanisme depuis de nombreuses année fait qu’aujourd’hui la ville tourne le dos à un paysage naturel emarquable. Ainsi la Seine et les nombreux espaces verts qui l’entourent, ont peu d’influence sur la vie des habitants.

Par ce projet, j’ai souhaité relier la ville de Vernon et le village de Giverny, en proposant une ballade sur les berges de Seine et sur les coteaux de Vernonnet ponctuée, d’oeuvres d’arts, de «folie»,d’éléments patrimoniaux et de points de vue sur le paysage. Au milieu de ce parcours, sur le site d’une ancienne carrière de pierre, j’ai choisis de traiter les bâtiments d’une caserne militaire abandonnée en y réalisant un hôtel, un atelier d’artistes, un restaurant, un café et une librairie. En abordant les deux batîments comme des blocs de pierre qui une fois évidés viennent créer plusieurs espaces intégrant plusieurs fonctions j’ai souhaité traiter mon bâtiment comme une sculpture venant rythmer la balade.

Grâce à de nombreux jeux de cadrage, à l’utilisation du mur habité,aux matériaux simple et brut, le site isolé, difficile d’accès et protégé, produit une relation privilégiée à la nature. Pensé comme un refuge à l’agitation de la ville l’endroit est propice au ressourcement,à la création, et à la réflexion. Le choix de ce site spécifique, chargé d’histoire fait de ce projet une réalisation unique offrant un regard contemporain sur un paysage historique.

 

 

 

 
 
 
A2.jpg